• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 3 avril 2011

    Au bord du canal

    J'ai toujours vécu au bord d'un canal. Je dis bien un canal et non pas le canal car contrairement à ce que l'on croit souvent, Toulouse compte trois canaux.

    Il y a bien évidemment le plus connu d'entre tous, le Canal du Midi qui relie Toulouse à la Méditerranée, celui qui passe sous mes fenêtres que je contemple à loisir le matin en partant travailler. Il y a aussi le Canal de Brienne construit pour contourner un portion non navigable de la Garonne et permettre aux bateaux d'accéder aux quais du centre ville. Mon premier appartement lui faisait face.

    Je l'aimais beaucoup cet appartement. Mon premier logement seul. Il n'était pas immense, mais bien situé, en rez de chaussée, pourvu de larges fenêtres qui le rendaient très lumineux. Et il y avait cette vue sur les arbres et le canal, si apaisante. Il y a enfin le Canal Latéral à la Garonne qui relie Toulouse à Langon et qui forme, avec le Canal du Midi, le Canal des deux Mers.

    C'est au bord de ce dernier que j'ai passé toute mon enfance, la maison familiale étant située à quelques centaines de mètres. Nous y venions un peu en toute saison, car il fait toujours bon au bord du canal. Mais tout particulièrement en été où je venais parcourir le chemin de hallage bercé par le chant des grillons qui stridulent, à l'ombre vaporeuse des argousiers. La saison du printemps y est tout aussi agréable à cause des grands acacias que l'on trouve encore parfois, et du puissant parfum de leurs fleurs dont je me repaissais jusqu'à l’enivrement. Plus jeune je m'y rendais souvent avec mon père, au bord du canal, faire des balades à vélo le dimanche après midi.

    C'était notre petit rituel à nous cette balade dominicale, notre moment à tous les deux. Rien ne pouvait nous l'enlever, pas même la menace d'un gros orage. Et d'ailleurs qu'à cela ne tienne, nous étions toujours à temps de rebrousser chemin lorsque la pluie battante nous contraignait au replis et que la terre déjà cahoteuse se transformait en boue épaisse et visqueuse. Nous ne nous disions pas grand chose. Mon père n'a jamais été un grand bavard. Mais nous étions ensemble à partager le plaisir simple d'une libellule jouant parmi les roseaux, la brise agitant les feuilles, ou à surprendre l'envol d'une poule d'eau. Il est comme ça mon papa, assez peu loquace, un petit rien suffit à son bonheur. Des petits bonheurs. Je crois que je tiens ça de lui.

    Car où que l'on se trouve, aller marcher au bord du canal c'est pénétrer imperceptiblement en un lieu en soi, un univers autonome, intimiste, doté de ses propres codes, ouvert sur le monde et tout à la fois replié sur lui même. Aperçu de loin, on croit le connaître, masse d'eau traînant placidement ses reflets de ciel parmi la campagne et les villes. Il faut pourtant s'en approcher de tout près pour découvrir les faces de ce singulier personnage. Il se mérite, impose son rythme, invite au calme, transfigure l'ordinaire. Les arbres ailleurs si laids se parent d'une grâce sans pareille confondus par l'échine délicate de ce damoiseau ondoyant. Sur sa face dansent les nuages. Les platanes s'inclinent sur son passage en hommage à ce prince qui rampe à leurs pieds. Et les herbes folles courant sur ses berges lui font une couronne bruissante au vent léger.

    Soudain une cataracte de briques agite des eaux jusqu'alors si calmes d'un fracas terrifiant. Piégé entre de lourdes portes de métal, révélant ses instincts de fauve endormis, il se débat terrifié dans une lutte perdue d'avance. Il gronde de toutes ses forces en des spasmes telluriques, crache, feule, éructe de rage. Mais les flots bouillonnants s'apaisent. Les portes de l'écluse s'entrouvrent libérant leur étreinte. Voguant au doux soleil du midi, un bateau poursuit sa route indolente, laissant dans son sillage des rides sur lesquelles dansent les gérridés.

    Au loin sonne la cloche de l'église. Il est cinq heures.

    16 commentaires:

    1. J'adore le canal du midi !
      Jeune, je "l'ai fait" deux fois ... et j'aimais bien me retrouver à vélo, suivant mon cousin sur les chemins de hallage ... tandis que, tranquilles, les péniches des grands avançaient doucement d'écluses en écluses !
      Bô billet de dimanche !
      :)

      RépondreSupprimer
    2. La vie n'est-elle pas, finalement, ce long canal (fleuve dompté) tranquille, agité ça et là de soubresauts ? Et nous le bateau indolent ?

      RépondreSupprimer
    3. Un bien joli billet, on s'y croirait... comme d'habitude ;-)

      RépondreSupprimer
    4. Moi, j'ai deux canaux dans mon enfance : celui de Bourgogne et celui du Midi. Ton évocation et tes sensations me parlent.

      RépondreSupprimer
    5. Je suis assez d'accord avec Glimpse : si le canal a des vertus reposantes, lire ta description du canal semble avoir les mêmes.

      RépondreSupprimer
    6. Pas de canal dans ma vie mais des souvenirs comme les tiens oui il est beau ton canal je m'y suis vu ...

      RépondreSupprimer
    7. Un billet qui berce telle l'eau du canal qui coule paisiblement.
      Une petit moment de soleil sous la grisaille du temps actuel par delà mes fenêtres...

      RépondreSupprimer
    8. Très beau, merci pour ce joli moment de lecture... Alors que les canaux m'ont toujours terrifié!!

      RépondreSupprimer
    9. C'est reposant un canal, pas de vagues, pas de remous, pas de courant, pas de crues....!!^^

      RépondreSupprimer
    10. Je ne sais pas pourquoi j'ai pensé à Proust en lisant ton billet. Le temps retrouvé peut-être? Un style pour décrire par petites touches ton père dont on devine l'importance. J'aime quand tu abordes l'essentiel par le coté, l'air de ne pas y toucher. J'ai senti "le puissant parfum des acacias", et le retour précipité parce qu'une pluie battante vous chassait.
      Et on croit voir le canal serein ou tourmenté qui coule dans tes veines.

      RépondreSupprimer
    11. @ Gildan : Cela fait partie des choses que j'aimerai bien faire mais je ne suis pas certain de ne pas m'ennuyer...

      @ Ek91 : Je crois plutôt que la vie est le bateau indolent et nous le canal.

      @ Glimpse : C'est encore mieux en vrai ;)

      @ Nekkonezumi : Celui du Midi est tellement plus beau :D

      @ Loup : Oué c'est ça, dit que tu t'es endormi aussi ^^

      @ Stephan : Des souvenirs ? Ho ho mais il faut nous raconter tout cela ! :)

      @ Waquete : Même sous la grisaille il est beau le canal. C'est assez fascinant d'ailleurs.

      @ Revigo : Ha bon ? Mais pourquoi donc ?

      @ Nigloo : Ne va pas si vite... je t'assure qu'avec un éclusier ivre, un canal déborde. Si si... Cela remonte au temps pas si lointain où tout n'était pas encore informatisé, mais je garantis que c'est arrivé ! ^^

      @ Flavien : Tu as su lire entre les lignes ;)

      RépondreSupprimer
    12. Ton billet m'a entrainé dans mes propres souvenirs d'enfance, et j'ai soudain senti l'odeur de la confiture de papaye vanillée que faisait très souvent ma grand-mère. Entre autres choses. Alors merci pour cet instant de nostalgie sans amertume.

      RépondreSupprimer
    13. J'aime bien ce moment que vous partagiez ton père et toi, je regrette un peu de ne pas avoir ce genre de coutume avec ma famille.

      RépondreSupprimer
    14. Je faisais aussi du vélo avec mon père et avec mon frère. Pas causant non plus mais je me souviens très bien de son regard quand déjà plus très jeune et haletant, il avait réussi une performance.

      RépondreSupprimer
    15. J'aime les petits bonheurs, ce sont ceux qui restent, ils sont simples, authentiques, forts. Merci...

      RépondreSupprimer
    16. Quel bonheur cela serait de courir à cet endroit!

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !