• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 23 mai 2017

    Les fèves de mon papa

    Quand j'étais petit, je passais beaucoup de temps avec mon père, que ce soit à regarder les revues de jardinage que je feuilletais le soir assis sur ses genoux, à faire du vélo le long du canal ; à apprendre à reconnaître des plantes et leur classification ésotérique ou encore à m'émerveiller avec lui en regardant la simple fleur de petits pois... D'ailleurs avez-vous déjà observé une fleur de petits pois ? Vous devriez, c'est très joli. Mon papa vous en parlerait pendant des heures.

    Parmi les choses qu'aime mon papa, il y a les fèves. Les fèves c'est un peu comme les petits pois : c'est très bon mais je connais peu de monde qui aime réellement ça et qui s'en régale dès qu'il peut. Mon papa, lui, il adore ça, et moi aussi. Je crois que c'est de famille car lorsque j'étais minot, avec mon grand-père, l'un de nos petits plaisirs était d'aller au jardin ramasser notre petit panier de fèves, de les dépiauter puis de les manger sans guère plus de façon à la croque-au-sel, sur un coin de table de la cuisine. C'était rudement chouette.

    Lorsque je suis passé chez mes parents vendredi soir pour les voir le temps du weekend, mon papa était tout fier de me montrer une poche en plastique remplie de fèves fraîches que l'on lui avait apportées. Et je le voyais aussi un petit peu désolé avec sa poche de fèves, parce que je sais que ma mère n'aime pas trop ça et qu'elle rechignait à les lui cuisiner.

    Alors le samedi matin, sur le coup de neuf heures et demi, après que nous avons pris un café ensemble, inspecté d'un rapide coup d'œil placards et frigo, je m'attablai avec lui afin de décortiquer les précieuses fèves. Et la cuisine s'emplit aussitôt de cette si particulière odeur verte des légumes frais. Face à face dans cette activité toute simple que je n'avais pas faite avec lui depuis des années, je le voyais déjà tout heureux à l'idée de manger des fèves à midi. Les premières de l'année. Et moi j'étais tout content de partager ce petit moment avec lui, comme on le faisait avant. Comme on ne l'avait pas fait depuis longtemps. Petit bonheur.

    Préparer des fèves n'est pas très compliqué. Il y a pour cela une recette absolument fantastique que je vous livre. Celle-là même que j'ai faite samedi midi. Il vous faut, pour 3 ou 4 personnes : des fèves ; quelques tomates bien mûres ; un bel oignon, ou deux si vous êtes gourmands ; une gousse d'ail ; un petit talon de jambon cru et son lard (important !) de la taille du poing, partagé en deux : une moitié sera laissée entière, l'autre sera détaillée en petits cubes ; un ou deux verres de vin blanc sec ; du sel et du poivre. 

    Dans une cocotte pas très haute, vous faites revenir une petite poignée du lard de jambon avec les oignons émincés. Lorsque cela aura bien coloré, vous ajoutez trois ou quatre belles tomates bien mûres coupées en dès un peu grossiers et que vous laisser compoter ensemble tout doucement en réduisant le feu, avec une gousse d'ail coupée fin fin fin. 

    Quelques minutes plus tard, vous ajoutez vos fèves. L'équivalent d'un très grand bol bien rempli. Enfin, c'est vous qui voyez combien vous avez faim... Nous on fait a bisto de nas comme on dit à Toulouse. Et puis surtout, vous ajoutez un joli verre d'un bon vin blanc sec que vous aimez boire et qui vous servira aussi à l'apéro, en grignotant un bout de baticol ou de cansalade. Ajoutez un verre d'eau et deux tours de moulin de poivre, parce que sinon c'est triste. Et c'est tout. Ne salez pas tout de suite : le talon de jambon s'en occupe pour vous.

    Mettez un petit feu sous votre cocotte et cuisez à couvert pendant une petite heure, en goûtant de temps en temps pour vérifier la cuisson, et en remuant tout délicatement pour ne pas transformer les fèves en purée. Si cela sèche, n'hésitez pas à ajouter un demi verre d'eau en cours de cuisson, ou du vin blanc si vous n'avez pas tout bu, et peut-être un peu de poivre. On poivre rarement assez du premier coup. Et si en goûtant vous sentez que ce sera trop salé, retirez la moitié de talon de jambon que vous avez laissée entière. Nous on a fait avec notre jambon fait maison, c'était parfait. Et on s'est régalés.

    Cette recette est toute simple. Elle ne vous prendra pas beaucoup de temps. Le plus long, ce sera d'écosser puis d'éplucher les fèves. Faites-le avec votre papa. Ou alors pensez à inviter le mien.

    3 commentaires:

    1. J'aime beaucoup les fèves aussi, et si on les cueille très jeunes, plus besoin de les éplucher. Merci pour la recette !

      RépondreSupprimer
    2. J'adore également ça . Crues cuites un régal
      Isabelle

      RépondreSupprimer
    3. C'est incroyable le nombre de personnes qui ne savent pas comment on peut se régaler avec les premières fèves fraîches à la croque au sel et du pain frais beurré

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !